Antoine : « J’aime bien les jeux, je suis un grand enfant ! »

 

Ce mois-ci on vous présente Antoine, volontaire et formateur de volontaires pour Animation coopérativeAprès avoir vécu deux superbes années à l’étranger (Inde, Luxembourg, Canada et Ouganda) Antoine est revenu s’installer à Bruxelles il y a maintenant deux ans. A 27 ans, il est chercheur en économie et travaille dans un centre de recherche sur la thématique du chômage des jeunes.

 

Qu’est ce qui t’a amené au CJD ?

“ Il y a bientôt deux ans, j’ai vu sur facebook l’annonce d’une formation pour devenir animateur au sein du projet Animation Coopérative. Ça m’a tout de suite parlé ! Le sujet de l’immigration me porte à cœur et je cherchais justement un projet de bénévolat dans lequel m’investir.

La formation était très chouette et m’a donné envie d’essayer. Depuis je me suis investi de plus en plus dans ce projet. J’ai aussi appris à connaître le CJD, les autres projets et plein de chouettes gens actifs et engagés. Je m’intéresse aussi par exemple au projet Gala Football parce que j’adore le foot et que l’équipe est top !”

 

Animation coopérative c’est quoi ? Pourquoi as-tu choisi ce projet ?

« C’est un groupe qui organise des animations pour des MENA (Mineurs étrangers non accompagnés) dans des centres d’accueil. Lors de ces animations nous organisons des jeux pour ces jeunes, avec en général un aspect collaboratif pour créer une dynamique d’entraide. Nous sommes plus ou moins une quinzaine d’animateurs et organisons des animations toutes les deux semaines, principalement dans le centre de Fedasil Woluwe.

Non seulement parce que je trouve qu’aider les réfugiés est important pour moi, mais aussi parce que le public des jeunes non accompagnés est un public particulier. Et puis j’aime bien les jeux, je suis un grand enfant. Je pense aussi qu’il faut faire du bénévolat autour de ce qui nous plaît 🙂

Au final, essayer de leur changer les idées et s’amuser tous ensemble, et ça aussi avec une super équipe, est très motivant. Et puis, ces jeunes nous le rendent au quintuple avec leur super énergie 🙂 » 

Tu peux nous en dire plus sur ton parcours au sein du CJD ? Passer de volontaire à formateur de volontaire, c’est pas rien !  Qu’est-ce qui t’a donné envie de donner la formation ?

« Je suis animateur depuis deux ans. J’ai animé dans deux centres et j’ai pu devenir vraiment à l’aise pour les animations et les préparations. Aussi, j’ai rencontré plein de chouettes animateurs et je me sens vraiment comme faisant partie de l’équipe !

Il y a quelques mois, après une animation, Gaëlle m’a dit qu’un des formateurs arrêtait et qu’elle avait pensé notamment à moi pour l’aider avec les prochaines formations. Gaëlle m’avait elle-même déjà formé lors de ma formation. M’impliquer plus m’a directement tenté et accompagner les nouveaux est toujours très chouette dans ce projet. Et puis donner des formations avec Gaëlle, c’est facile. Elle a toujours la pêche et connaît trop bien le sujet ! »

Et la formation « Deviens animateur MENA » ?

« C’est une formation de quelques heures qui permet aux nouveaux venus de connaître mieux le contexte autour des MENA. Il y a aussi une partie sur les animations bien sûr : avec des explications sur le projet et des mises en situation avec des jeux coopératifs. Le tout pour que les participants soient prêts à aller animer !

Elle s’adresse à toute personne voulant s’impliquer dans ce sujet et curieuse de voir si notre projet est fait pour elle ! »

 

Tu t’es senti comment dans ton rôle de formateur ?

Antoine et Gaëlle en pleine préparation de la formation

« Bien ! Faire ça avec Gaëlle, et avec l’aide de Carine qui travaille au CJD, est motivant, marrant et intéressant. Et puis on a aussi rencontré de chouettes potentiels futurs animateurs.

Aussi, la formation est amusante. Elle vise à apprendre en s’amusant, il faut qu’elle donne envie ! Et puis on peut toujours illustrer les quelques notions théoriques avec des exemples de ce qu’on a vécu au cours des animations 🙂 »

 

Quel est ton plus beau souvenir au sein du CJD ?

« Si je devais en choisir un, ce serait une des dernières animations. Il y avait beaucoup de jeunes MENA qui participaient, plus ou moins une vingtaine. Et dans le cadre d’un nouveau partenariat avec un autre projet du CJD, Migration, au-delà des préjugés, six jeunes bruxellois et wallons en secondaire sont venus participer aussi. Ça aurait pu ne pas paraître évident au départ mais ça s’est super bien passé et dès le début tout le monde était ultra motivé. Le contact entre tous les jeunes était vraiment spécial, tout ça en toute simplicité ! Et avant qu’on s’en rende compte, les deux encadrantes du projet Migration, au-delà des préjugés étaient encore plus à fond dedans que nous 🙂 »

Lors de la rencontre entre MENA et jeunes belges